Com’publique & crise Covid, David Reisch #DirCom de Vichy, directement dans le grand bain

Com’publique & crise Covid, David Reisch #DirCom de Vichy, directement dans le grand bain

David Reisch oeuvrait pour  la communication et l’attractivité au Crédit Mutuel Massif Central jusqu’en 2019, puis il est parti quelques mois en Bretagne, au sein de la direction de la Transformation du Crédit Mutuel à Brest.

Une structure, genre Open Lab, qui rassemble des collaborateurs volontaires de tous horizons, sans distinction d’aucune sorte et qui planchent sur des sujets de transformation et d’innovation.

En parallèle de son activité au quotidien, un groupe bancaire se doit aujourd’hui de penser et d’exécuter sa transformation à moyen et long termes. C’était le but du Square :  contribuer à la transformation du business model du groupe que ce soit par la sensibilisation et l’acculturation en interne, l’investigation de sujets émergents ou d’importance (data, open-banking, IOT…). 

David est tout récemment revenu en Auvergne en tant que directeur de la communication de la Ville de Vichy. Prise de fonction : 16 mars. 

Parle nous d’abord de ton parcours, qu’est ce que tu recherches ? Qu’est ce qui compte pour toi ?

Ce que j’aime vraiment dans mon métier de communicant, c’est le contact et la dimension “terrain” que j’avais dans mon précédent poste à Clermont : le fait d’être engagé au sein des réseaux, rencontrer les acteurs locaux et extra-locaux, de participer ou d’initier des projets communs, des collaborations.

Une part de ma personnalité est assez conceptuelle car on ne peut pas aborder notre métier sans avoir une vision stratégique, mais j’ai aussi le goût du concret et de l’action sur le terrain.

En prenant la direction de la communication à la Ville et à l’agglo à Vichy, j’ai pu faire converger deux passions. Mon métier de communicant, et mon goût pour la vie et l’action publique. Et l’on retrouve cette dualité qui fait que, dans notre quotidien, on se projette dans des sujets de temps long (quelle stratégie pour la ville, quels développements) et d’exigence de temps court : répondre aux besoins concrets des administrés et des acteurs locaux.

Les bords d’Allier – @DavidReisch

Ce qui me plait, c’est qu’en une semaine et même souvent sur deux heures de réunion, on va parler urbanisme, commerce, social, éducation, environnement, sport, culture…

Et puis, j’aime Vichy où j’ai grandi. Les parcs, les berges, le plan d’eau, les installations sportives… on a presque l’impression d’être dans une station balnéaire, mais en bas de chez soi…

“J’aime l’action publique” c’est rare comme phrase …

La vie publique est partout. Tout autour de soi, dans notre quotidien. Et le métier de communicant public, c’est contribuer à organiser l’information sur ce qui est mis en place pour la vie de la cité et au bénéfice des administrés comme de l’ensemble des acteurs locaux.

C’est noble de s’y consacrer.

Tu es désormais #DirCom de la ville de Vichy et tu as pris tes fonctions le 16 mars, une date qui fera sens pour la France entière pendant longtemps. Comment s’est passée ton intégration ?

Le moins qu’on puisse dire c’est que l’intégration a été un processus accéléré dans le contexte de crise. Normalement, il faut un temps, plus ou moins long, pour découvrir son équipe, rencontrer les directions des services, comprendre l’organisation interne, se faire connaître, faire ses preuves.

Là, le 16 mars à 9h, j’étais  intégré à la  cellule de crise quotidienne avec tous les services de l’administration de la Ville et de l’Agglo !

On n’a pas vraiment le temps de se poser de questions, il faut vite être opérationnel. Ce qui était particulier, c’est d’instaurer une relation avec l’équipe, 7 personnes  de la Ville et de l’Agglo, comme ça, à distance, sans se connaître. Un cas très concret. Il m’a fallu un peu de temps pour trouver où placer le curseur du rythme de réunions d’équipes par exemple.  De quotidiennes au départ pour gérer la phase de confinement, nous sommes passés à 2 par semaine pour nous stabiliser à 3, le bon rythme nécessaire, pour le collectif et pas trop prenant quand même. Mais l’équipe est super, cela facilite toute cette organisation qui a, de toute façon, concerné toutes les équipes . Maintenant, c’est le retour au présentiel qu’il va falloir organiser !

La com’publique, retour aux fondamentaux ?

En période de crise aigue, les enjeux pour la communication publique sont multiples. Informer, rassurer, contribuer à l’organisation de la vie de la cité et des administrés. Pendant le covid, il y a eu en gros quatre temps.

Temps 1 l’urgence

D’abord, installer le confinement, rappeler les gestes et les consignes sanitaires et informer très concrètement chacun  sur les mesures mises en oeuvre à Vichy:  l’organisation des services, comme l’état civil, la déchetterie, les services d’urbanisme …  via les canaux digitaux seuls disponibles et mobilisables dans cette période.

Temps 2 La solidarité

Ensuite, organiser la solidarité localement. Nous avons mis en place une cellule Vichy Solidaire sur toute l’agglomération avec un numéro vert et une page Facebook Ces deux canaux ont permis d’accompagner les habitants, d’apporter des informations très concrètes, de répondre aux questions et demandes d’aide… A l’heure où il ne restait presque que ces canaux pour communiquer, cela a permis de conserver un lien direct avec nos administrés. Les live Facebook ont été à cette image, un lien direct avec les habitants.

L’une des plus grandes difficultés est de trouver comment toucher le plus grand monde et en particulier ceux qui n’utilisent que peu le numérique alors que toute la communication se trouve concentrée sur le digital…

Temps 3 : le tunnel du confinement

Pendant les deux mois de confinement, un enjeu a été d’accompagner ce qui a été vécu comme  un temps long : de garder le lien, accompagner le  “restez chez vous” en donnant des conseils pédagogiques, en mettant à disposition des contenus ludiques et culturels. 

Temps 4 : le déconfinement ….

Comme au tout début, le confinement  est un temps assez complexe en matière de communication publique. C’est moins facile à organiser parce que le discours est plus flou avec des mesures et des plans qui évoluent. L’organisation de la distribution des masques a été un de ces temps forts, tout comme, par exemple, l’organisation de la reprise des écoles ou de la vie commerçante 

Maintenant, il y a encore d’autres sujets à travailler. La reprise de la vie commerçante, l’attractivité et l’activité touristique dans un contexte où les français feront pour certains, des choix différents pour leurs vacances. Consommer plus local notamment, à trois heures de route.

Commencer par la communication de crise, tu te dis que le reste devrait passer tranquille ?

Il est certain que la gestion de crise a imposé une mise en action directe, dans un contexte d’incertitude au quotidien. On fait ses preuves – ou pas-  immédiatement. C’est maintenant que je vais entrer dans une phase d’apprentissage et de découverte : des dossiers, des interlocuteurs, du fonctionnement de la ville et de l’agglo. Avec des enjeux passionnant pour notre ville et notre bassin.

Tu as appris sur ton métier ?

Conseil Municipal avec distanciation @DavidReisch

Oui et non. Disons que dans la communication publique, nous sommes dans un registre différent. La responsabilité de la parole est toute autre parce que nous sommes très écoutés d’une part et que la parole peut être très engagante d’autre part.

Au coeur de la crise, l’enjeu était d’informer les administrés avec le ton juste. Informer mais sans en faire “trop”. Etre présent sans être dans l’opportunisme. Tout ça, c’est un juste ton à trouver. Les réseaux sont très sensibles et très réactifs à la parole publique. 

En période de crise, il faut également être réactif sans se précipiter … Penser penser penser  !

L’autre élément que j’ai vraiment touché du doigt concrètement, c’est la situation de fracture numérique. Comment informer ceux qui sont pas sur internet quand il n’y a plus de contact humain possible, d’imprimé municipal ou d’accueil physique en mairie et pas d’affichage dans les rues … 

Tous les communicants publics ont dû réfléchir au sujet de l’organisation à mettre en place pour s’adresser à tout le monde.

Ce sur quoi tu as envie de te concentrer ?

A titre très personnel, j’ai d’abord envie de m’installer ! Je n’ai pas eu le temps de trouver un appartement à Vichy en arrivant… J’ai très envie de poser mes valises chez moi.

Puis, j’ai envie de  découvrir mon métier en mode normal. De me concentrer sur le rayonnement de la ville. Cette ville a une dimension thermale et patrimoniale très forte, elle est  ouverte sur le monde, très sportive, très dynamique … Ce n’est pas une belle endormie,  il y a des équipements incroyables, parfois encore peu connus et un cadre de vie exceptionnel

Et puis il y a ce beau projet de classement au patrimoine mondial de l’Unesco, il faut qu’il aboutisse

On te connaît aussi sous le nom “world-isTweetly” les réseaux sociaux, ça représente quoi pour toi ?

Moi j’aime bien communiquer, les communicants sont bavards c’est bien connu !  Et effectivement, j’aime partager en général : mes lectures, mes idées, mes réflexions et même mes photos ! (j’ai une petite passion pour l’architecture et l’océan) 

Image
Prise de fonction 16.03.20 @DavidReisch

A Clermont, nous avions créé les Tweets Apéros, un rendez-vous en vrai pour faire connaissance et former un réseau des Clermontois actifs sur Twitter. Il n’est pas impossible que cela arrive aussi à Vichy ce concept…

Plus sérieusement, je me dis qu’un réseau de ce type aurait un intérêt pour les communicants publics de la région : échanger, partager des expériences …. l’inspiration est bénéfique !

Ce que les réseaux sociaux représentent aussi pour moi, c’est aussi une forme de sincérité et de spontanéité : les contenus marketés ne fonctionnent plus autant, ce qui plait ce sont les infos et contenus de terrain, autour de vrais gens ou de vrais projets qui ont du sens. Avec des visuels pas toujours très bien léchés mais qui apportent une authenticité.

Il me tarde d’aller rencontrer les acteurs du terrain, découvrir des actions et des projets et de les partager.

Les collaborations que tu penserais intéressantes ?

J’ai hâte de rencontrer les acteurs de vichy et de l’ensemble de l’agglo. Associations, entreprises, commerçants, agriculteurs, agents… je ne peux pas citer tout le monde, mais il y a des rencontres enthousiasmantes dans tous les domaines. 

Pour terminer, tu écoutes quoi quand tu roules ?

En ce moment, j’ai une heure de route le matin et autant le soir. Quand je n’écoute pas les actus, j’ai une sélection de webradios “chill out”. Une ambiance “good vibes” qui m’aide à prendre de la hauteur sur la journée qui s’annonce ou qui s’achève.

À propos de Véronique Jal

Forte d'une dizaine d'années d'expérience de direction de projets à forte composante de management transversal de partenaires très variés (élus, collègues, partenaires privés et publics), je me suis jusque là passionnée pour des produits à fort "sens ajouté" ;-) Les fromages AOP, les hébergements touristiques, la démarche d'attractivité d'une région... Toulousaine d'origine, j'ai découvert et choisi l'Auvergne que mon parcours pro m'a amenée à connaître sous plein de facettes Passionnée aussi de cuisine, j'ai créé et animé pendant 10 ans Slow Food Auvergne en arrivant à Clermont, puis plus récemment passé un titre de restaurateur entrepreneur à l'Institut Paul Bocuse, une chouette aventure ! J'aime aussi beaucoup le collectif.