1/4 Comment repenser son organisation en quelques jours ? 

1/4 Comment repenser son organisation en quelques jours ? 

Organisation du travail, outils, méthodologie, impacts, anticipation, agilité…

Nadia Auclair – Présidente Carbiolice

La réorganisation s’est faite en deux temps.
A l’annonce du confinement strict, on a fermé le site. Nous avons mis tout le monde en télétravail pour les postes qui pouvaient l’être et du chômage partiel pour celles et ceux pour qui le télétravail était impossible.
C’était une mesure immédiate pour limiter la propagation du virus mais aussi pour mettre en sécurité nos salariés. 
Ensuite, on s’est organisé pour que les salariés en chômage partiel puissent reprendre le travail tout en assurant leur sécurité.
Depuis début avril nous avons repris le travail sur site sur la partie production et essais. Cela s’est fait sur la base du volontariat et la mise en place des consignes de sécurité adaptées à la situation ; et j’ai eu l’ensemble des salariés concernés qui m’ont dit qu’ils souhaitaient reprendre.

 

« La réorganisation s’est faite en deux temps »

Sébastien Caux – Fondateur Uniswarm

Tous les ingénieurs du bureau d’études et le technicien sont passés en télétravail. Ils sont tous partis avec leur pc et leurs outils sous le bras.De mon côté, je suis toujours sur place. Je valide tous les tests des ingénieurs à distance. On a des appareils de mesure et des bancs de tests qui peuvent fonctionner par internet. De cette manière je mets en route les manipulations et eux à distance peuvent faire les tests sans être forcément devant.La présence humaine est nécessaire car de temps en temps il faut remettre en place les tests, pour bouger une sonde de tel endroit à tel endroit.
Je fais un peu le robot humain.

« Je fais un peu le robot humain. »

Laurent Laporte – PDG Braincube

Je rentrais des Etats-Unis en février et je me suis retrouvé seul dans un avion en business class où il y avait une trentaine de rangées vides et je me suis dit « il se passe quelque chose ». J’ai convoqué un CSE le 3 mars et nous avons commencé à élaborer un plan dans le cas où il faudrait télétravailler.
Quand j’ai demandé à tous de rester chez eux, le plan  était déjà établi, les gens savaient quel matériel ils devaient prendre. Tout le monde s’est mis dès le lundi très facilement en télétravail. Je l’ai fait aussi pour les Etats-unis et le Brésil en me disant que de toute façon ça allait arriver. On a démarré le plan d’activité partielle début avril pour les les salariés concernés.
On a aussi mis en place des rituels, apéros, cafés virtuels pour que les salariés puissent maintenir une activité et des liens sociaux.

Guillaume Vorilhon – Co-fondateur woom.fr

Nous sommes une entreprise de tourisme donc l’impact est radical. C’est quasiment zéro vente donc c’est potentiellement plus de 100 000 euros perdus sur un mois et demi (Mars-Avril). L’équipe est confinée, les bureaux de Clermont et de station F à Paris sont fermés. Nous avons obtenu le chômage partiel pour nos équipes (6 personnes : 3 CDI et 3 alternants) mais pas pour les dirigeants pour l’instant, on attend de voir.
Pour le reste Gaspard a bien anticipé la plupart des dispositifs : des reports de paiement de charges, des reports de paiement URSSAF… Nos partenaires clermontois Nathalie de Peufeilhoux, BNP, et  Lionel Brossard, du Crédit Agricole nous ont accompagné dans cette épreuve.
Elément de contexte : c’est une période très compliquée pour les startups car les fonds d’investissement n’investissent plus  et se recentrent sur les entreprises dans lesquelles ils ont déja une participation.

Faustin Falcon – Directeur Général Pecheur.com

Depuis a fin de l’année nous avions décidé collectivement d’équiper absolument toutes celles et ceux qui pouvaient l’être des postes portables, de connexions VPN, pour télétravailler.
Sur la partie logistique nous avons eu il y a trois ans une expérience “malheureuse”. L’ensemble des préparateurs de commandes avaient été contaminés par la grippe et ça a vraiment perturbé l’activité. Dès lors, nous avions mis en place des  consignes et des mesures barrières : gel hydroalcoolique à disposition et éventuellement des gants pour ceux qui le souhaitaient, ainsi que la distanciation des postes de travail. Ça nous a servi de leçon et nous avons pris des bonnes habitudes.
Pour nous ça s’est fait naturellement et en plus nous avons des salariés engagés notamment des demandes de ceux en télétravail pour venir donner un coup de main en logistique si nécessaire.

Tristan Colombet – Directeur Général TURING 22 et DOMRAIDER

Côté Turing 22 on a dû adapter le lieu et fermer l’accès au public en le réservant aux coworkers abonnés. Nous avons également dû réduire l’offre de services sur place en suspendant ce qui pouvait générer des rassemblements, notamment les cuisines des lounges ou encore les cours de sport. On a cependant pu maintenir une permanence pour assurer la gestion du courrier, de l’entretien et du gardiennage. En attendant le retour de tout le monde, on a avancé tous les travaux d’entretien et d’amélioration de l’espace. L’agilité est plus que jamais vitale.
En ce qui concerne DomRaider et VingtDeux, nous avons tous basculé en télétravail. Nous étions déjà équipés et habitués à cette pratique, mais l’ampleur et la durée sont inédites.
Il a fallu repenser et adapter pas mal de processus pour assurer la continuité de la cohésion. On a heureusement su être réactifs !

« L’agilité est plus que jamais vitale »

Anne Chauder – Directrice Générale Dômes Pharma

Nous sommes un groupe historique très coutumier du présentiel au bureau. Suite à l’annonce du confinement il fallu mettre en place une organisation du travail qui a quand même été une révolution pour nous même si, et heureusement, depuis deux ans maintenant nous avons un accord d’entreprise qui permet le télétravail.
Ça a tout de même été une énorme accélération. Je remercie l’équipe informatique qui a travaillé nuit et jour afin de s’assurer que notre réseau tienne le choc avec 200 connexions externes simultanées au réseau de l’entreprise. Récemment on a fait un petit baromètre de l’humeur des collaborateurs et c’était très satisfaisant.
Il y a vraiment eu un challenge technique que les équipes ont relevé avec brio.

 

Retrouvez ci-dessous les articles de cette édition spéciale. Pour une expérience de lecture différente, découvrez le format magazine en bas de page.

Résilience : EDITO D’OLIVIER BERNASSON

2/4 Comment le collectif se retrouve moteur en temps de crise ?

3/4 La crise est-elle une opportunité pour innover et se réinventer ?

4/4 Le monde d’après…qu’est ce que vous souhaiteriez voir évoluer ?

 

À propos de Pauline Rivière

Pauline Rivière est rédactrice en chef du média en ligne le Connecteur. Elle est aujourd'hui, réalisatrice, reporter d’images et formatrice au sein de l'association. Elle s'intéresse également à l'innovation éditoriale. Avec sa société SmartVideo Academy, elle anime différentes formations à la réalisation de vidéos (au smartphone notamment) et à l’écriture audiovisuelle. Elle intervient également dans l'Enseignement Supérieur auprès d'étudiants en communication digitale.