David Dubois : “Il y a des enjeux de mobilité partout”

David Dubois : “Il y a des enjeux de mobilité partout”

David Dubois est chef de projets transports et services de mobilités au département mobilités du Cerema Centre-Est. Entre le terrain et ses différents projets pour construire la mobilité de demain sur tout le territoire Auvergne-Rhône Alpes, il livre sa vision de cette thématique qui est au coeur de son travail depuis plusieurs années.

Chef de projets transports et services de mobilités au département mobilités au Cerema, ça consiste en quoi concrètement ? 

Historiquement, le Cerema est un bureau d’études. Il y a un temps où je travaille sur des prestations classiques en répondant à un appel d’offre. Une communauté de communes peut par exemple demander de travailler sur une thématique comme un schéma de mobilité. Il y a un deuxième volet qui est le développement de méthodologie.
Ça c’est plus au niveau national. Par exemple une loi sort et il faut savoir comment les collectivités peuvent s’organiser ou quelles solutions – obligations – peuvent-elles apporter… J’analyse les pratiques et fais des analyses dessus. C’est vrai que c’est un gros travail en lien avec les collectivités. Il faut hybrider les approches. La thématique reste toujours la même mais le travail reste très large et varié.

Et comment on devient chef de projets au Cerema ? 

Moi je suis ingénieur. J’ai passé la formation d’ingénieur des travaux publics de l’Etat, c’est une école de ministère – maintenant de la transition écologique -, à côté de Lyon. C’était une formation sur le développement durable et aménagement du territoire.
Les ingénieurs de travaux publics de l’Etat sont un gros vivier, on est majoritairement des fonctionnaires, comme le Cerema est un ancien service de l’Etat. Je suis là depuis la création du Cerema en 2014 mais j’étais là avant dans une des structures qui a été fusionnées à la création du Cerema. 

source : carte implantation CEREMA. www.cerema.fr

Grâce à ton expérience quelle vision as-tu de la mobilité durable en Auvergne et par rapport à d’autres territoires ?

C’est un territoire plus rural que la moyenne sur lequel on pourrait avoir l’impression qu’il ne s’y passe pas grand chose… mais c’est une impression trompeuse ! Il est difficile de dire si l’Auvergne est plus ou moins dynamique que d’autres territoires, mais il y a beaucoup d’initiatives, de projets innovants. Pour autant, il reste compliqué de faire un état des lieux complet des projets et des réalisations, portés, soit par les collectivités, les associations ou d’autres acteurs. 

En Auvergne, qui agit sur la mobilité ?

Il y a les collectivités bien sûr, mais pas seulement. Il y a de très nombreux d’acteurs, notamment associatifs, qui interviennent sur le champ des mobilités solidaires par exemple. Ce qui pose problème, c’est que les acteurs de la mobilité ne se connaissent pas forcément, n’ont pas l’occasion de dialoguer ou de travailler ensemble. C’est un problème de coordination et de visibilité des différentes initiatives. Cela se révèle préjudiciable pour les habitants, qui manquent  souvent d’information sur les services de mobilité existants… … et peuvent avoir l’impression « qu’il ne se passe rien »

source : étude. Accompagnement à la mobilité: le Cerema analyse les expériences en milieu rural et périurbain.

Est-ce qu’il y a un enjeu plus important entre l’Auvergne “rurale” et les agglomérations ? Si on peut parler de mêmes enjeux…

Il y a des enjeux de mobilité partout  : une voiture, qu’elle circule dans le centre de Clermont-Ferrand ou dans une commune très rurale, émettra à peu près autant de CO2 et coûtera le même prix à son conducteur. Les enjeux sociaux, notamment, sont très forts partout. Mais en ville, on a souvent plus le choix : l’offre de transport en commun est plus développée, on peut accéder à plus d’équipements ou d’emplois à pied ou à vélo… Ce qui ne sera pas le cas dans les zones moins denses. Si on regarde la partie la plus rurale de l’Auvergne, la faible densité, les difficultés géographiques comme des reliefs, rendent la question de la mobilité particulièrement complexe.

Ce constat du manque d’information est propre à l’Auvergne ? 

Ce problème du manque d’information est général en France. Les collectivités ont beaucoup progressé, sous l’impulsion des régions notamment : on a maintenant des outils qui permettent d’accéder à toutes les offres de transports publics, par exemple. Mais les offres de mobilité solidaire y sont peu ou pas intégrées. Ce déficit d’informations touche les personnes les plus précaires. Ceux qui n’ont pas accès à Internet, notamment,  n’ont pas accès aux informations, alors que ce sont eux qui en ont le plus besoin ! Cet enjeu n’échappe pas à l’Auvergne. La loi mobilité, du 24 décembre 2019 se met en place. Elle va apporter des choses, notamment dans les territoires ruraux où elle va clarifier la question des compétences.

Et qu’est-ce que va changer cette loi dans ce manque d’information ?

Historiquement, ce sont les communes qui détenaient la compétence d’organisation de la mobilité, mais beaucoup ne l’exerçaient pas : c’est ce qu’on a appelé les « zones blanches de la mobilité ». Certaines communes avaient fait le choix de transférer cette compétence à la communauté de communes, ou à un syndicat mixte comme à Thiers. Désormais, la loi suggère que les communautés de communes qui n’ont pas encore la compétence mobilité s’en saisissent avant le 31 mars 2021.
Dans le cas contraire, c’est la Région qui deviendra responsable des mobilités, y compris à l’échelle locale. Ce qui va faire que dans chaque territoire, qu’il soit urbain comme à Clermont-Ferrand ou très rural, il y aura une autorité clairement identifiée, un interlocuteur pour traiter de la question des mobilités. C’était un des grands enjeux de cette loi de résorber ces «  zones blanches  ». Pour autant, cela ne veut pas dire qu’il y aura des services partout, mais il y aura quelqu’un à qui parler.

Quelles questions peuvent encore poser cette loi ? 

L’exercice de la compétence mobilité peut être inquiétant, par certains égards : Une petite communauté de communes peut estimer ne pas avoir suffisamment de connaissances sur le sujet, ne pas disposer de moyens d’actions adaptés, notamment d’un point de vue financier. La loi laisse toutefois de larges possibilités d’adaptation pour que les territoires trouvent l’organisation la plus adaptée à leurs contraintes et à leurs besoins. Mais la question du financement reste cruciale.

Est-ce que la question de la mobilité durable est récente ?

Le problème de mobilité dans les zones rurales n’est pas nouveau, mais il a longtemps été non-dit. On s’en occupait par le transport scolaire – il y a globalement des bus cars scolaires qui passent partout – et par les transports inter urbains, organisés historiquement par les Départements. A côté de ça, on pouvait avoir l’impression qu’il ne se passait pas grand-chose. Même si d’autres acteurs, notamment des associations, proposaient des services visant les personnes précaires et en insertion, par exemple.

Qu’est-ce qui a donné de la lumière à ce sujet ? 

Il y a eu plusieurs sujets ces dernières années qui ont remis la question sur le devant de la scène. Il y a notamment eu les assises de la mobilité initiées en 2017, par l’Etat. Dans chaque région, il y a eu des ateliers, comme en Auvergne à Aurillac qui ont permis de donner un souffle, nationalement mais aussi localement, car ça a permis de réunir différents acteurs de la mobilité autour de la table.

Est-ce qu’en 2020, on peut être optimiste sur la question de mobilité durable en Auvergne ?

La bonne nouvelle c’est qu’on parle de plus en plus de la question des mobilités, y compris dans les territoires les moins densément peuplés. Avec la loi, on va avoir une autorité clairement désignée avec qui en parler, et des instances de dialogue et de coordination entre les différents acteurs de la mobilité sur le territoire. Et les autorités organisatrices de la mobilité, qu’il s’agisse des intercommunalités ou de la région, disposent de modalités d’actions plus étoffées : il ne s’agit pas seulement des transports en commun, mais aussi par exemple du vélo du covoiturage ou des mobilités solidaires. C’est donc un rayon d’actions plus diversifiés.