Clap de fin pour le Bivouac, premier accélérateur de startups d’Auvergne.

Clap de fin pour le Bivouac, premier accélérateur de startups d’Auvergne.

Ça y est, c’est officiel, la dissolution du Bivouac a été votée lors du dernier Conseil métropolitain qui avait lieu hier. Une page se tourne pour l’emblématique camp de base des startups du numérique en Auvergne.

Une histoire longue et tumultueuse

L’histoire débute en 2015 à Clermont-Ferrand. L’accélérateur le Bivouac est issu d’un partenariat public/privé, fruit de la volonté de 11 partenaires (au départ) de participer au développement numérique des entreprises d’Auvergne.
De grands groupes et des collectivités sont autour de la table : 

  • Clermont Communauté,
  • La Région Auvergne-Rhône-Alpes
  • La Caisse d’Épargne et de Prévoyance d’Auvergne et du Limousin,
  • Le Crédit Agricole Centre-France,
  • Le Cluster Auvergne TIC,
  • EDF,
  • Engie,
  • Le Groupe Centre France – La Montagne
  • Limagrain,
  • Michelin,
  • Orange

A cette époque l’accélérateur est dirigé par Benoît Membré et l’équipe opérationnelle est composée de quatre personnes (dont le directeur).
Le Bivouac s’installe à la Pardieu, dans les anciens locaux de Prizee, devenus à l’époque ceux de Clermont Communauté et aujourd’hui Turing 22. Le premier appel à candidature est lancé en mars 2016.

A la suite de cet appel à candidature, 9 startups sont sélectionnées. Certaines sont devenues emblématiques du territoire, d’autres ont disparu. C’est le jeu dans la startup nation.

1ère promo 2016

  • Busi Corp. : Solutions de cybersécurité clé en main pour les professionnels et organisations.
  • ChoChopUnPRO : ChopChopUnPro, l’application mobile de livraison de Pro à domicile. 
  • Foxtracker : système de positionnement gps communiquant à très faible consommation, avec une technologie de miniaturisation permettant d’intégrer le système dans n’importe quel objet.
  • HearWear : Auditien : solution de formation en ligne innovante pour le secteur de l’audition. 
  • Kalkin : propose de l’aventure connectée avec Kelmis l’agent d’accueil numérique 3D pour la randonnée et le tourisme de pleine nature.
  • Metaverse Concept :une plate forme d’univers virtuel 3D interactifs, immersifs, collaboratifs et personnalisables. Mesurer, évaluer, tester, simuler et décider les choix du futur de l’entreprise, l’industrie, l’architecture, le design et l’urbanisme.
  • Mondrivelocal.fr : Mondrivelocal.fr est un nouveau concept de drive alimentaire favorisant les circuit-courts et garantissant une juste rémunération aux agriculteurs 
  • Réoviz : Faciliter la vente grâce à la visualisation virtuelle réaliste et temps réel de produits et de biens. 
  • Woom : générateur collaboratif d’expériences de loisir.

2nde Promo : Mobilitech

Quelques mois plus tard,  en septembre 2016, le Bivouac lance un second appel à candidature autour de la mobility tech. 7 autres startups intègrent l’accélérateur. 

  • Avicen (Lyon) est une smartdata company qui développe une solution permettant la connexion de flottes de véhicules, la collecte et le traitement de données
  • La jeune pousse parisienne Controletechniquegratuit.com propose aux automobilistes un contrôle technique gratuit en échange de la collecte de données en lien avec l’utilisation et l’entretien automobile
  • Easymov robotics (Clermont Ferrand) est une startup spécialisée dans le développement de logiciels et d’électronique pour faciliter l’interopérabilité des robots
  • Laou est une startup parisienne qui propose une plateforme de découverte et d’échange sur les villes et régions de France
  • Mybus (Le Puy-en-Velay) développe une application de guide horaire et de m-ticketing pour les transports en commun urbains
  • Spea’k (Vichy) est une application sociale qui met la voix au coeur de son système de mise en relation
  • Samocat (Strasbourg) propose une solution de partage de trottinettes pour les déplacements urbains, ou en sites propre

source : https://www.maddyness.com/2016/10/25/le-bivouac-boost-mobilitech/

Avec cette montée en puissance, l’accélérateur est bientôt à l’étroit dans les locaux de la Pardieu. Ça tombe plutôt bien, avec la fusion des régions, l’hôtel de région, en plein cœur de Clermont  se retrouve avec de larges espaces inoccupés. Une aubaine pour le Bivouac ou pas.

En août 2017, le Bivouac déménage. 1500m2 à sa disposition, soit 300m2 carré de plus qu’initialement.
A l’origine, ce déménagement devait être temporaire. En effet, à la même époque la Métropole planche sur un bâtiment totem qui doit devenir le lieu emblématique de l’innovation et de la Tech sur le territoire . 

Une gouvernance (trop) complexe ?

Un projet multi-partenaires comporte des avantages, mais aussi des inconvénients. 
Les objectifs multiples et parfois divergents de toutes les parties prenantes ne facilitent pas le développement du projet territorial du Bivouac. Trop de monde autour de la table et une lisibilité qui s’étiole.
L’accélérateur made in Auvergne fait face à sa première crise de développement. 

Alain Tassy dans une interview vidéo, dans une interview vidéo détaille sa mission de Directeur Général de transition pour le Bivouac.  “Le Bivouac fait face à deux problèmes majeurs : le groupement d’intérêt public, la structure légale du Bivouac, doit s’arrêter en décembre 2018 et, le Directeur Benoît Membré est en arrêt maladie depuis plusieurs mois.

Clermont Métropole et la Région, qui sont les principaux financeurs du Bivouac, souhaitent diminuer, voire arrêter ce financement. Quant aux autres partenaires privés, ils ne souhaitent absolument pas reprendre le financement.”

Alain Tassy est donc le nouveau DG par intérim. Il a pour objectif de : “revoir l’orientation, reprendre la gouvernance et résoudre des litiges avec des anciennes startups qui montaient au CA sans être au niveau de ce conseil, sans avoir les connaissances nécessaires. Il fallait également revoir le modèle économique et trouver une solution pour recruter le directeur.”

Toujours dans cette même interview, Alain Tassy met en avant qu’il a réussi à : “prolonger le Groupement d’Intérêt Public pendant deux années supplémentaires avec le soutien financier de la métropole et de la région.
Une nouvelle gouvernance est également mise en place avec un conseil d’administration structuré autour de trois collèges ainsi qu’un comité stratégique.”
Il ajoute “compte-tenu du contexte, il a fallu aussi remotiver  un équipe resserrée. Catherine Chabanon prend la direction de l’accélérateur en janvier 2019.” 

2020 : le Bivouac lauréat Deeptech et un nouvel accélérateur sur le territoire

Grâce à un partenariat entre Clermont Auvergne Innovation et le Bivouac le Programme Clermont Auvergne Deeptech est lauréat de l’appel à projets PIA 3 SIA (SATT-Incubateur-Accélérateur) pour l’émergence, la création et l’accélération des start-ups Deeptech sur le territoire auvergnat.
10 programmes de ce type sont financés au niveau national pour un montant d’aide maximal de 9,6 millions d’euros.

Pendant le temps de la restructuration de l’accélérateur, le monde continue de tourner et l’écosystème de l’innovation auvergnat poursuit son développement.
Le Crédit Agricole déploie depuis plusieurs années ses propres accélérateurs sur les territoires. Une implantation auvergnate se dessine. En juillet 2020, le Village By Ca est officiellement lancé 22 alan Turing, là-même où l’aventure du Bivouac avait débuté 6 ans auparavant.

2021 : Clap de fin

Le 2 juin 2021, après 6 ans d’existence, Le Bivouac annonce qu’il tirera définitivement le rideau en août prochain.
Une aventure qui s’achève douloureusement pour celles et ceux qui ont porté ce projet à travers les années. Celles et ceux qui ont croisé le chemin du Bivouac, multiplient les hommages et témoignages. 

La disparition du Bivouac, laisse un vide sur le territoire et nous interroge toutes et tous : le développement numérique d’un territoire, est-il l’affaire du privé ? 

À propos de Pauline Rivière

Pauline Rivière est rédactrice en chef du média en ligne le Connecteur. Elle est aujourd'hui, réalisatrice, reporter d’images et formatrice au sein de l'association. Elle s'intéresse également à l'innovation éditoriale. Avec sa société SmartVideo Academy, elle anime différentes formations à la réalisation de vidéos (au smartphone notamment) et à l’écriture audiovisuelle. Elle intervient également dans l'Enseignement Supérieur auprès d'étudiants en communication digitale.