David Slaney, le Monsieur Biométhane de l’Auvergne

David Slaney, le Monsieur Biométhane de l’Auvergne

David Slaney est Ingénieur d’Affaires Biométhane 
Sud-Est pour GRDF. Il accompagne celles et ceux qui portent ces projets. Avant de débuter cet entretien il est nécessaire de rappeler la définition du biométhane. 
« Lorsque l’on parle de biométhane on parle bien d’une production de biogaz qui est valorisée en tant qu’injection dans le réseau exploité par GRDF et aussi par d’autres opérateurs de distribution comme les régies de Strasbourg et de Grenoble. »

Vous êtes le Monsieur Biométhane de l’Auvergne pouvez-vous nous en dire un peu sur l’essor des projets Biométhane en France ? 

Aujourd’hui il y a une centaine de sites qui injectent en France et le nombre de mises en service double chaque année (26 en 2016- 44 en 2017-76 en 2018-107 à ce jour ) – et il y a à peu près mille projets dans les cartons. Plus de 900 projets sont à l’étude dont 300 enregistrés en 2018 ce qui illustre la croissance rapide de la filière.
Si on regarde chez nos voisins européens, en Allemagne on parle beaucoup de biométhane mais on est plutôt sur de la valorisation en électricité. 
Quant à la filière d’injection, les Britanniques et l’Irlande regardent le sujet tandis que les Scandinaves et le Canada eux, ont déjà beaucoup avancé depuis une dizaine d’années. 
Précision importante : 80% des sites qui injectent sont des sites de production d’origine agricoles.

Quant à l’Auvergne, fin 2019 nous avons deux sites qui injectent, un dans l’Allier à Saint-Pourçain-sur-Sioule et un en Haute-Loire à côté de Brioude à Saint-Laurent-Chabreuges qui a été inauguré fin octobre. 
19 projets sont en études détaillées et il existe une vingtaine d’autres projets en émergence mais il est beaucoup trop tôt pour en parler.

Quelles sont les parties prenantes dans la création d’une unité de méthanisation ?

Les premiers porteurs de projets ce sont les agriculteurs, soit autonomes soit en groupement.  
Ensuite il peut y avoir des collectivités, notamment à travers des projets territoriaux de valorisation autour des stations d’épuration. Aujourd’hui quasiment toutes les grandes métropoles ont un projet de type.
Si l’on prend l’exemple d’un projet agricole :  il va y avoir un certain nombre d’exploitations, un constructeur ou un Assistant à Maîtrise d’Ouvrage, qui va accompagner dans la définition du projet et de son dimensionnement. Ensuite les banques entrent en jeu.
A noter, la particularité de la région Auvergne Rhône Alpes et l’Ademe qui apportent un soutien financier à ce type de projets à travers la charte régionale Ambition BioGaz 2023 AURA (doublement du nombre d’installations d’ici 2023).

source : plaquette ambition Biogaz 2023


Quant à GRDF, nous nous mobilisons au quotidien pour favoriser l’injection de biométhane dans le réseau et pour fédérer l’ensemble des acteurs impliqués. En tant que gestionnaire de réseau de distribution, GRDF accompagne les porteurs de projet. Nous raccordons les sites de méthanisation et assuront l’exploitation et la maintenance des postes d’injection de biométhane. 
Enfin, en bout de chaîne, il y a un fournisseur, qui va acheter le biométhane au producteur et le valoriser auprès de ses clients, comme pour Butagaz à côté de Brioude (la liste exhaustive se retrouve sur la site du ministère de la transition écologique MTES).

Combien de temps faut-il pour développer un projet comme celui-là ?

Pour un projet classique il faut compter 4 ans entre l’idée et la première injection. Il faut prendre le temps de faire de la pédagogie auprès des riverains pour que l’acceptabilité du projet se fasse. Le volet communication est indissociable.

GRDF communique beaucoup sur la biométhanisation ? Quelle est la philosophie de l’entreprise sur ces sujets ?

GRDF est un acteur public, nos tarifs et nos activités sont validés par la Commission de Régulation de l’Energie, et nous sommes sous la tutelle du Ministère de la Transition Ecologique. L’enjeu que soutient la France, c’est d’arriver à une neutralité carbone en 2050. GRDF porte le message que pour y arriver nous avons besoin d’un mix énergétique qui inclut du gaz notamment les gaz renouvelables. 
De notre point de vue, il existe deux leviers pour arriver à la neutralité carbone : 
Tout d’abord, baisser les besoins énergétiques et ensuite, développer les gaz renouvelables qui transiteront dans nos infrastructures. 

Une étude récente de l’Ademe montre que notre pays dispose des ressources pour qu’en 2050 le gaz soit 100% renouvelable.

source : étude Mix de gaz 100 % renouvelable en 2050 ?

D’après Philippe Métais, M Innovation, tu es le Monsieur biométhane quel est ton rôle dans tout ça ?

Mon rôle c’est de faire émerger les projets. On se met en lien avec les filières agricoles à travers les Chambres d’Agriculture, les collectifs CUMA ou autres coopératives. Ensuite on informe et on explique les intérêts économiques et agronomiques pour les agriculteurs et leurs exploitations.
On peut aussi avoir des projets plus avancés. Dans ce cas-là, les porteurs de projets viennent à nous et l’on regarde ensemble la pertinence, le niveau de maturité et les leviers à actionner. 
D’un point de vue purement personnel ça a été une grande nouveauté pour moi de travailler avec le monde agricole. Nous avons l’habitude de regarder les choses avec une lunette urbaine. Historiquement l’entreprise GRDF était plutôt tournée vers les villes, désormais il faut s’ouvrir sur les campagnes. 
C’est très intéressant je vais à la rencontre de gens passionnants qui font un métier tellement éloigné du mien.

La filière est encore jeune mais est-ce que l’on a déjà identifié les bonnes pratiques et les points de vigilance ?

Les premiers tarifs gaz vert ont été créés fin 2011 et les premières installations effectives en 2013. Le marché est très jeune, les quantités de gaz injectées sont encore limitées mais il faut regarder l’évolution de la part du gaz vert. On ne se rend pas encore compte du potentiel et de l’opportunité que cela peut représenter pour la France en termes d’emploi et d’indépendance énergétique. On considère aujourd’hui que chaque unité de méthanisation représente au moins un nouvel emploi local non délocalisable.
Tous les projets sont collaboratifs et chaque projet est différent ; la situation géographique, les types de métiers présents sur les exploitations etc…
Ce qui est primordial c’est la gouvernance. Trouver l’articulation pour faire fonctionner la nouvelle entité. 
C’est aussi important d’aller visiter des installations, de rencontrer des agriculteurs, de véritablement comprendre comment ça marche. Le rôle de GRDF c’est de montrer l’éventail des solutions disponibles. Les céréaliers du Centre Val de Loire n’ont pas les mêmes problématiques que les éleveurs du Cantal par exemple. 

Vous l’avez dit, ce sont des projets qui prennent du temps, qui sont chronophages et complexes, pourquoi des agriculteurs se lancent-ils là-dedans ? Pour des raisons financières ou philosophiques ?

Je dirais les deux. L’aspect financier est un enjeu capital. Aujourd’hui un agriculteur n’a aucune vision sur le prix d’achat de ses productions. Du fait des fluctuations des cours du marché il ne sait jamais ce qu’il va gagner.
La méthanisation est une activité complémentaire qui apporte de la visibilité puisque les prix d’achat sont fixés et stables pour 15 ans. 
Quant aux enjeux écologiques c’est aussi une manière de faire un pied de nez à l’Agribashing ambiant en prouvant que ces femmes et ces hommes qui nourrissent les populations sont aussi conscients des problématiques environnementales.

Est-ce que toutes les régions ont un développement biométhane identique ?

Au final c’est assez hétérogène. Par exemple le PACA est beaucoup moins agricole que l’AURA et donc le potentiel méthanisable y est plus faible. Les régions Hauts-de-France et la Bretagne quant à elles combinent espaces agricoles et bonne densité de réseaux gaz.

L’innovation est présente partout dans le processus de méthanisation mais quels sont les autres projets innovants gaz vert sur lesquels GRDF travaille ? 

On travaille beaucoup sur la mobilité gaz. Des marques développent des véhicules qui roulent au GNV (Gaz Naturel Véhicule) et demain au bioGNV. Il y a -95% d’émissions de particules fines et 80% de réduction des émissions de CO2 (pour le BioGNV par rapport au Diesel). Quant au tracteur agricole bioGNV il arrivera l’année prochaine.
Nous sommes aussi attentifs sur les évolutions du biométhane porté. Là où il n’y a pas de réseau, on transporte le gaz sur des distances raisonnables entre lieu de production et de consommation. C’est encore un lien entre le monde rural et urbain.
Parallèlement on commande des études sur de nouveaux systèmes de préparation des intrants afin d’optimiser la performance de la méthanisation.
Biovalo a testé une machine de préparation des intrants (prétraitement) afin de maximiser leurs pouvoirs méthanogènes. Les fumiers et lisiers par exemple sont très peu méthanogènes alors que les résidus de cultures le sont beaucoup plus.

D’après toi, y-a-t-il un projet emblématique en France ? 

Je dirais « Jupiter 1000 » à Fos-sur-Mer. C’est un projet commun gazier et électricien. On valorise de l’électricité renouvelable excédentaire (éolienne) qui produit de l’hydrogène et que l’on stocke ensuite dans des réseaux gaz.
Ce projet est symbolique car il montre concrètement que les deux énergies « gaz et électricité » peuvent être associées et ne sont pas en opposition.

C’est l’instant Carte Blanche, quelque chose à ajouter ?

L’enjeu majeur serait que les pouvoirs publics maintiennent une stabilité sur les dispositifs d’accompagnement notamment sur les tarifs d’achat afin de ne pas déstabiliser cette filière en émergence. Le biométhane est une réalité de demain. Il faut faire confiance à la filière dans sa capacité à faire baisser les coûts. Donner un peu de temps au temps pour ne pas tuer les projets dans l’œuf. 

Prochain rendez-vous : le 14 novembre prochain GRDF convie les élus et agriculteurs pour une soirée de sensibilisation autour du biométhane, états et enjeux et tables rondes avec les parties prenantes.