[DÉBAT] Les médias représentent-ils encore la société ?

[DÉBAT] Les médias représentent-ils encore la société ?

La défiance envers la classe politique et médiatique est de plus en plus palpable en France. Le succès surprise du documentaire Hold-Up en est l’illustration. Comment est-on arrivé à cette situation ? Julie Jony, DG de l’école de journalisme CFJ et Dominique Reynié, professeur à Sciences Po Paris analysent les dernières décennies et mettent en lumière les efforts qu’ils nous restent à faire, citoyens et journalistes pour espérer des lendemains plus apaisés.


Dans le cadre de Médias en Seine, le festival des médias de demain, des dizaines de journalistes se sont succédés le 26 novembre dernier pour réfléchir et débattre sur la situation actuelle et les grands enjeux de demain. Cet article a été rédigé en synthétisant les propos des deux débatteurs.

Un contexte de crise qui favorise la méfiance

Jusque dans les années 90, l’évolution de la société est plutôt favorable. Le quotidien n’est fait d’incertitudes et le choix du traitement de l’actualité ne fait pas partie des préoccupations des citoyens.
« Les années 90 font place à une société beaucoup plus fragile, beaucoup plus menacée. Le monde devient de plus en plus difficile à comprendre. Il nous laisse parfois perplexes. On entre dans une ère d’insécurité existentielle », d’après Dominique Reynié. « Chacun va -s’accrocher- davantage à ce que disent les médias parce qu’en tant que simple citoyen, nous n’avons pas beaucoup d’outils à notre disposition pour appréhender l’actualité. »

L’avènement des réseaux sociaux renforce le sentiment de méfiance d’une partie de la population française. Ils offrent une vision du monde qui leur est propre. Si un propos est partagé et relayé, il ne peut être faux puisque beaucoup de monde y adhère. Nous sommes dans le temps de “l’individu-média” : Si je ne retrouve pas la même vision du monde proposée par les réseaux sociaux dans les contenus des médias professionnels alors, j’ai l’impression que l’on cherche à me dissimuler une partie de la réalité.

Une homogénéité des profils des journalistes qui renforcent le sentiment de déconnexion des médias.

Le CFJ est l’école de journalisme la plus répondue en France. Depuis dix ans, elle se heurte à la problématique de la surreprésentation de certains parcours et profils sociologiques des étudiants en journalisme. 
Pour répondre à cet enjeu majeur et proposer plus de diversité, il existe plusieurs solutions d’après Julie Jony.
« Tout d’abord, il faut casser l’homogénéité des parcours. Il ne faut plus que ce soit toujours les mêmes filières qui aboutissent au métier de journaliste. Pour parvenir à cela, le CFJ a décidé de mettre fin au concours écrit de culture générale. La culture générale sur laquelle on les interrogeait était extrêmement homogène. Désormais, on préfère les laisser nous raconter leur parcours et mesurer la diversité à ce moment-là. Ensuite, à l’oral, on les interroge sur leur compréhension du métier, de l’actualité. »

Le développement des filières en apprentissage a également permis d’intégrer d’autres profils en permettant un financement des formations. Il apporte aussi une vraie maturité aux étudiants a travers une expérience terrain de plus en plus importante dans le cursus.
Enfin, toujours d’après Julie Jony, « les instances, la gouvernance des écoles, doivent être beaucoup plus ouvertes. Il faut que les conseils d’administration, les intervenants représentent toute cette diversité recherchée.

« Nous devons prendre conscience de ce mécanisme bien huilé. On vous accroche avec des vrais-semblables mêlés » (à propos du documentaire Hold-Up)

Julie joly


La laïcité, peut fermer les portes des rédactions à certains journalistes. 

Peut-on être une femme voilée et journaliste ? La question vaut la peine d’être posée. Pour Julie Joly, c’est déjà une bonne chose de pouvoir s’interroger. « Il y a quelques années de ça, il n’y avait pas de femmes voilées aux oraux donc pas réflexion à mener ».
Le sujet est plus large qu’accepter ou ne pas accepter une femme voilée dans une école de journalisme, “si nous intégrons ces jeunes femmes, est-ce que les médias pourront les accueillir et les faire travailler”.


Pas si sûr. « Dans l’audiovisuel, il n’existe aucune journaliste voilée. Dans certaines rédactions, il existe des chartes qui interdisent le port de tout signe religieux, visible ou non. D’autres rédactions, comme celle de l’AFP sont autorisées à recruter des étudiants portant un signe religieux. Le débat est avant tout une question de politiques internes. » Pourtant les mentalités évoluent aussi sur ce sujet, encore trop timidement.

source : Pixabay

Des rédactions parisiennes qui ne comprennent pas le quotidien d’une majorité de français.

“En France, les métiers de parole : les professeurs, les journalistes, les politiques, sont de manière excessivement homogène issus d’une culture non seulement urbaine mais même métropolitaine. À titre de comparaison. Les villes de plus de 5 000 habitants ne représentent que 12 % des électeurs. C’est finalement d’un petit biotope, très particulier et très minoritaire, que va partir tout le traitement des sujets sociétaux. Pourtant, il parle au nom de toute la société.”, précise Dominique Reynié.

« Les gilets jaunes en est une illustration parfaire. Les médias n’ont pas pu anticiper le mouvement, tout simplement parce que les journalistes parisiens ne savaient pas que l’on pouvait à ce point dépendre de la voiture. » Une limitation à 80km/h sur les départementales, ce n’était pas un point de détail pour de nombreux Français.
« Dans le parcours des étudiants en journalisme, la culture économique des territoires est peu ou pas enseignée. Il y a une méconnaissance des milieux sociaux, mais aussi un problème de connaissances des facteurs industriels, géographiques ou des enjeux de la santé. »


Hold-up, le feel-good movie de celles et ceux qui ne vont pas bien

Pour Julie Joly, le succès de hold-up illustre l’adage “on regarde ce que l’on a envie de regarder. on écoute ce que l’on a envie d’entendre.”
Elle poursuit, “Les gens, aujourd’hui, ont mille raisons d’avoir peur. Il y a celles et ceux, nombreux, qui n’ont pas compris la stratégie sanitaire mise en place par le gouvernement, qui ont perdu leur emploi à cause de cette crise ou qui vont le perdre prochainement. Ces gens-là, raisonnablement, se méfient de tout. Hold-up, c’est finalement un feel-good movie qui leur explique qu’ils ont raison. Ça fait du bien à des gens qui vont mal.”

“Par ailleurs, force est de constater qu’il y a beaucoup de vérités dans ce documentaire.  Le film débute par des vérités. On dit aux gens, “vous avez peur pour telle et telle raison”. Ensuite ça dérive. Le documentaire ne défend qu’une seule thèse, ce qui est le contraire d’un travail journalistique. On ne vérifie aucune source, et on fait parler des gens qui n’ont, sous réserve d’autorité supposée, aucun argument. C’est cela qui amène vers un mensonge. Derrière le succès du documentaire, il y a aussi notons le, la défiance envers les grands médias.” ajoute-t-elle.

source : Numerama

Un mécanisme narratif qui affaiblit l’esprit critique

“Notons tout d’abord que la vidéo dure 2 h 40. Le cerveau est incapable de traiter et d’analyser toutes les informations fournies. Il ne peut pas être critique sur toute la durée. Il y a forcément une saturation cognitive. D’ailleurs, ceci est renforcé par de la musique omniprésente” précise Dominique Reynier. 
« Nous devons prendre conscience de ce mécanisme bien huilé. On vous accroche avec des vrais-semblables mêlés », dixit Julie Joly, et on vous embarque ensuite dans le mensonge et la désinformation.

L’auto-défense intellectuelle comme seul remède ? 

Il nous faut individuellement nous réarmer et nous éduquer. Ce combat doit être mené dans les établissements scolaires, dans les universités, mais aussi au sein des entreprises et des familles. 
Il y a un business de la peur sur les réseaux sociaux qui se base sur les angoisses des citoyens. Cela a nécessairement des effets sur la démocratie en France et dans le monde. Les dernières élections présidentielles américaines ont été complètement parasitées par toutes les théories complotistes qui circulent. « On verra l’impact que cela aura pour 2022 », conclue Dominique Reynié.

À propos de Pauline Rivière

Pauline Rivière est journaliste et rédactrice en chef du média en ligne le Connecteur. Elle est aujourd'hui, réalisatrice, reporter d’images et formatrice au sein du média en ligne Le Connecteur. Elle s'intéresse également à l'innovation éditoriale. Avec sa société SmartVideo Academy, elle anime différentes formations à la réalisation de vidéos (au smartphone notamment) et à l’écriture audiovisuelle. Elle intervient également dans l'Enseignement Supérieur auprès d'étudiants en communication digitale.