Entrepreneuriat: financer la création et le développement

Entrepreneuriat: financer la création et le développement

En plein mois de l’ESS et alors que French Impact lance son opération « l’ESS tout le monde s’en fout« , Cocoshaker rassemblait les financeurs de la place auvergnate. Comme chaque année, donc, à l’attention des acteurs de l’entrepreneuriat social mais aussi des autres, 9 financeurs répondaient aux questions des créateurs du territoire. Où trouver les ressources pour financer la création et le développement des entreprises ?

Retrouvez l’intégralité de la conférence en replay et la synthèse des intervenants et de leurs principaux dispositifs.

Le mot à retenir ? « réseau ». Répété par tous les intervenants, il traduit assez bien l’identité entrepreneuriale du territoire Clermont Auvergne. Suffisamment dense pour accueillir des représentations de nombreux acteurs nationaux, il est aussi ‘à taille humaine’. Les différents acteurs du financement se connaissent et se côtoient dans des instances collectives comme le Clermont Innovation Network. Ces interactions fréquentes leur permettent d’articuler leurs interventions et d’accompagner les porteurs de projets dans leur démarche. 

« Il faut pousser une porte. Ensuite, l’interlocuteur se chargera d’ouvrir les autres »

C’est l’apanage d’un territoire comme l’Auvergne. Le porteur de projet est un bien précieux, il n’est donc pas un numéro noyé dans la masse.

Petit récapitulatif des leviers de financement:

PRÊTS : FINANCER L’ÉMERGENCE

LES BANQUES

C’est Philippe Mouget du Crédit Mutuel Massif Central, partenaire de longue date de l’incubateur, qui représente le secteur bancaire. Le CMMC propose par un exemple un prêt à taux 0 et sans garantie pour la création d’entreprise jusqu’au développement. Synergie, travail en réseau pour avoir d’autres expertises, d’autres regards avec les autres partenaires de la création.

LE RÉSEAU NATIONAL INITIATIVES

Claire Cipières pour Initiatives Clermont Métropole, présentait les dispositifs de soutien pour les projets de création, de reprise ou de développement d’entreprises. Initiatives accompagne la structuration du projet, notamment dans son volet financier, avec un Prêt d’honneur, sans intérêt et sans garantie bancaire, d’un montant maximal de 25k€. D’une durée de 3 à 5 ans, assorti d’un parrainage, le prêt s’adresse à tout type de projet et d’activités. Il est attribué après un passage du porteur de projet, devant un comité composé d’autres partenaires (France active, Banque, … )

A noter : il peut également être complété pour les jeunes entreprises innovantes par le dispositif Start Up & Go (voir plus bas)

L’ADIE

Pour Michel Dimastromatteo, donner accès au crédit pour créer son entreprise est un facteur d’inclusion. Les financements sont toujours attribués dans le cadre d’un accompagnement plus global. Statistiquement, les projets accompagnés ont de bien meilleures chances de survie au-delà de 3 ans.

Ainsi l’ADIE attribue des prêts jusqu’en 15k€ auxquels peuvent s’ajouter un tiers du montant emprunté en subvention supplémentaire dans le cadre d’un dispositif régional ou un prêt d’honneur. Des dispositifs spécifiques existent également, notamment pour les moins de 30 ans.

FRANCE ACTIVE

François Bru – France Active- insiste sur le fait qu’il n’y a pas un ‘millefeuille’ mais bien un réseau de financeurs. Ce réseau recherche la meilleure articulation des dispositifs au bénéfice du porteur de projet. Pour lui, il faut oser et ne pas rester isolé : ce serait une perte de chance de succès.

France Active intervient dès la conception du premier Business Plan. Au travers notamment de garantie sur emprunt bancaire de 10k€ à 1,5M d’€, le dispositif rassure les banques (dossier expertisé). Cette garantie bancaire varie selon l’implantation géographique ou du profil du porteur de projet. Des prêts d’honneur, cumulables avec ceux d’Initiatives, peuvent être attribués aux projets installés en ZRR (Zone de revitalisation rurale) – 2/3 du territoire Auvergnat- ou dans les QPV (Quartiers Politique de la Ville), ou encore aux femmes, aux personnes en insertion, aux jeunes … Ces garanties s’adressent aux TPE à but économique ou qui allie sensibilité sociale ou environnement à la performance économique… Dans le cas des acteurs de l’ESS, l’accompagnement et le financement sont renforcés.

LE BON TEMPO ?

Pour chacun des intervenants, le bon moment pour frapper à leur porte, c’est celui du début de phase de structuration financière. Trop tôt, si vous en êtes juste à l’idée, il y a d’autres acteurs pour vous aider à la mûrir. Toutefois assez tôt pour pouvoir bénéficier des dispositifs dédiés aux phases d’étude anté-création par exemple. Finalement, l’essentiel est de prendre contact au plus tôt, les différents interlocuteurs étant en capacité d’orienter vers les bons acteurs.

CRÉATION : SUBVENTIONS & BOURSES

Auvergne Rhône Alpes Orientation

Marc Chatelet  présente  AUVERBOOST,  un dispositif porté par Auvergne Rhône Alpes Orientation (structure récente intégrant les compétences de l’Onisep et de l’Espace Infos Jeunes). Auverboost propose un accompagnement technique et méthodologique pour les jeunes créateurs, de 18 à 30 ans ainsi qu’une subvention. Organisé deux fois par an, Auverboost a accompagné 372 lauréats et participé à la création de 5OO emplois depuis 2012.

France Active

Le dispositif « Place de l’émergence » intervient en amont de la création et permet l’attribution de primes de 10K€ minimum. Le dispositif est national et permet de soutenir 6 projets par mois au niveau national. Des sur-primes (1000 à 3000€) sont proposées aux entrepreneurs engagés, pour les femmes, les jeunes ou les projets installés dans les Quartiers Politique de la Ville.

Ouvre-boîte est un dispositif de Clermont Auvergne Métropole, et mise en oeuvre par France Active. Il s’agit de subventions de 1500€ pour les entrepreneurs implantés dans les quartiers prioritaires de la Métropole ou dans le champ de l’ESS.

Start up & Go

Pour Florence Ambrosini, Start up and go s’adresse aux porteurs de projet innovants. Elle précise que la dimension « innovation » s’entend très largement comme toute nouvelle réponse à un besoin, peu ou mal couvert et pour tous types d’innovation, y compris sociale.

Start up & Go intervient sur 3 phases

  • le fonds émergence finance des prestations externes jusqu’à 11k€ pour des études de marché, juridique, …  Seule condition, être accompagné par un des incubateurs « référencés » (Cocoshaker, Squarelab, CAI-Busi, Le Damier ou par la CCI).
  • le fond création intervient post création, dans les 6 mois et jusqu’à 2 ans. Sous la forme d’un prêt d’honneur Innovation il porte plutôt sur le financement utile aux phases d’accès au marché. Il complète les prêts d’honneur attribués par les réseaux Initiative et Entreprendre.

Dans tous les cas, les délais sont assez courts, puisque le Comité des financeurs se réunit tous les mois à Clermont.

Le fonds Métropolitain pour l’Innovation.

Un dispositif porté par Clermont Auvergne Métropole et Initiative Auvergne Innovation et Transmission dédié aux porteurs de projets anté création. Le montant de cette bourse est fonction du nombre de porteurs du projet et de leurs ressources. Sa finalité est de dégager le temps nécessaire au montage de leur projet et de financer les premiers besoins. Dédié aux projets accompagnés par un incubateur, l’enveloppe peut aller jusqu’à 25K€.

BPI France

Jeremy Montagné rappelle que BPI France agit comme une banque privée mais avec des actionnaires publics: l’Etat et la Caisse des Dépôts & Consignation. Il s’agit d’accompagner le financement de la création, du développement et de l’internationalisation. A noter que pour le territoire, le périmètre s’est reconfiguré sur Loire-Auvergne. BPI France attribue notamment la Bourse French Tech, une subvention de l’innovation sous toutes ses formes. Elle s’adresse aux entreprises de moins d’un an, ou même anté-création,  si l’entreprise est accompagnée. La Bourse FT a pour objectif de financer la maturation et intervient jusqu’à 30k€ pour financer un peu de temps passé et des prestations externes. Elle est cumulable avec start up & go.

A noter :

  • pour les subventions de Start up & Go et BPI, les bénéficiaires sont les entreprises, enregistrées au RCS, en SCOP possiblement. Mais pas les associations et très rarement les SCIC qui se tourneront plutôt vers France Active.
  • Anté-création, les aides sont cumulables sans limite. Après, il faut savoir que les aides aux entreprises sont soumises à des règlements qui définissent des plafonds d’aide maximal.
  • Sur les délais, les différents intervenants sont assez homogènes dans leur réponse : c’est rapide ! entre 3 semaines et 1,5 mois selon les dispositifs.

FINANCER AUSSI LE DÉVELOPPEMENT

UI INVESTISSEMENTS

Yoann Ribay représente les dispostifs de « UI investissement », mieux connu précédemment sous le nom de SOFIMAC. IU est un acteur du capital investissement. Il gère un fonds alimenté par le secteur bancaire et industriel, des business angels et des financeurs publics. Il agit donc dans une logique d’investisseurs ancré à un territoire, préoccupé par la création d’emploi et le développement du territoire au-delà de la rentabilité financière, …

  • Le fond Jeremie, subsistance de Sofimac et dédié à l’Auvergne, il reste actif jusqu’à fin 2023. Il soutient des investissements dimensionnés avec tickets compris entre 150K€ et 1M€. Plusieurs dispositifs interviennent sur l’amorçage ou en Fonds Propres
  • La SCR METROPOLES Innovations, il s’agit d’une, récente (fev 2021) et originale en France, société de capital-risque créée par les métropoles de Clermont et St Etienne, pour accompagner localement des entreprises innovantes issues de tous secteurs d’activité, à différents stades de maturité. La SCR Métropole Innovation, dotée de 15 millions d’€, investira dans des sociétés innovantes, avec un ticket minimal de 150k€ et jusqu’à 5à 6 millions d’euros.

ADEME

Annick Desgouttes, pour l’Ademe, qui intervient dans le champs de l’économie circulaire, de l’énergie, de la mobilité … et ce, auprès de collectivités et d’entreprises, de toutes tailles. Elle accompagne et finance les projets et démarches de transition écologique des entreprises. Cela inclut les projets de recherche, les études et les investissements associés. Son site recense 27 dispositifs en Auvergne Rhône Alpes. Ils sont soit permanent, au fil de l’eau, soit sous forme d’appels à projet.

A noter : le nouveau dispositif Tremplin PME, « Mission Transition » recense les dispositifs pour aider aux investissements d’écoconception : un vélo cargot, un composteur, … il y a peut être une aide à mobiliser.

Initiatives innovation & transmission

Pour Initiative Auvergne Innovation & Transmission, Marion Briand présente AT2I+ un prêt d’honneur à 0% plafonné à 50.000 € destiné au renforcement des fonds propres en création (jusqu’à 3 ans) ou en développement (plus de 3 ans) des sociétés porteuses de technologies innovantes dans les domaines des sciences de l’ingénieur, matériaux, biotechnologies, technologies de l’information et de la communication..

Une première liste, déjà significative et pourtant pas exhaustive, des sources de financements de l’innovation et de l’entrepreneuriat du territoire.

À propos de Véronique Jal

Ma ligne guide depuis 15 ans, c'est le management de projets collectifs à fort "sens ajouté" : les fromages AOP, les hébergements touristiques, la démarche d'attractivité d'une région... et aujourd'hui l'innovation territoriale via un média associatif Toulousaine d'origine, j'ai découvert et choisi l'Auvergne que mon parcours pro m'a amenée à connaître sous plein de facettes. J'adore cette activité qui nous permet d'être en situation permanente de découverte.