Série n°2 : 2/4 Comment le collectif se retrouve moteur en temps de crise ?

Série n°2 : 2/4 Comment le collectif se retrouve moteur en temps de crise ?
Résilience – ce terme encore peu utilisé avant la crise est désormais au premier plan. Dans sa définition, résilience, c’est la capacité à pouvoir nous adapter à différents chocs et mutations pouvant affecter notre territoire.
Dans cette série numéro 2 de notre édition spéciale, nous avons rencontré cinq entreprise innovantes auvergnates qui partagent avec nous leur quotidien et leurs visions sur les nécessaires évolutions à intégrer dans l’avenir. Whisperies – 2CA – Lojelis – Ici Aussi – Piganiol

Belles histoires, solidarité, résilience, réconfort…

Johan Falkousa – Directeur général  La Coupole Event

Cela faisait vraiment longtemps que j’avais à l’esprit de créer un mini Netflix culturel auvergnat. Talents d’ici, est un projet, qui en temps normal, aurait mis des mois à aboutir ne serait-ce que pour les questions de propriété intellectuelle. Là en 48 heures, on a réussi à avoir des droits de répertoire de société civile américaine ou japonaise. C’est incroyable ce que le collectif permet de rendre possible.
Talents d’ici a aussi été un test technique, que l’on a proposé gratuitement et on a vu qu’il y avait une demande. Maintenant reste à trouver le modèle économique pour développer le projet. Ce projet est un peu comme une startup, on à l’idée et la technologie reste à trouver les financements.

 
 
Adeline Fradet – Présidente et fondatrice de Whisperies

Dès le lendemain de l’annonce de la fermeture des écoles, nous avons réuni l’équipe pour nous organiser. La première idée qui a fédéré tout le monde, c’était d’ouvrir notre ressource gratuitement pour tous en mode Premium.
Nous ne sommes pas médecins et nous nous sommes demandés ce que nous pouvions faire à notre niveau. Permettre aux parents de télétravailler dans de meilleures conditions en proposant  aux enfants quelque chose d’intelligent à regarder, nous a semblé pertinent. Cela a généré un trafic énorme sur le site.
Nous avons reçu beaucoup de messages de parents qui nous ouvraient leur coeur. Nous sommes une application numérique, et souvent les gens ont l’impression de parler à des robots, leurs messages sont synthétiques et parfois très secs. Alors tous ces témoignages, c’était vraiment très touchant et émouvant. Cela a vraiment boosté l’équipe en rappelant pourquoi nous sommes là. C’est dingue le pouvoir qu’un « merci » peut avoir sur nous.

Gilles Duissard – Directeur Général 2CA

 

Le week-end du 13-14 mars, nous étions tous en train de mettre en place la nouvelle organisation pour pouvoir recommencer l’activité dès le lundi suivant. Philippe Moniot, PDG et fondateur du Groupe REXIAA, ingénieur Arts et Métiers, et passionné par l’innovation depuis toujours m’a contacté pour me parler d’une expérimentation qui lui semblait intéressante de mettre en place. Il trouvait vraiment dommage que les masques FFP2 soient à usage unique et changés toutes les trois ou quatre heures. Il a eu l’idée de créer un masque avec un porte-filtre où l’on pourrait simplement changer une compresse qualifiée FFP2, tandis que le masque pouvait être lavé et réutilisé. 
Pour réaliser le prototype, nous nous sommes rapprochés du Hall 32 puisque nous n’avions pas d’imprimantes 3D. En deux semaines, nous sommes passés des plans à un prototype efficace, qui pouvait passer en phase d’industrialisation. Nous nous sommes naturellement rapprochés de l’entreprise Joubert à Issoire avec laquelle nous avons l’habitude de travailler et qui avait les capacités pour produire.
Aujourd’hui, nous sommes prêts, cela peut paraitre rapide pour un néophyte mais la réactivité est dans nos gènes ! Je trouve que c’est une belle initiative et un bel exemple d’entraide territoriale.

« En deux semaines nous sommes passés des plans à un prototype efficace »

Sylvain Jourdy – Président et Fondateur Lojelis 

Historiquement, Lojelis est éditeur de solutions dans le domaine de la santé. Début mars, nous avons décidé d’adapter notre plateforme qui est très largement surdimensionnée pour répondre à ce contexte particulier de pandémie Covid-19. Nous avons développé nos outils de manière très simple afin de les rendre opérationnels tout de suite pour permettre le suivi de patients potentiellement atteints mais non hospitalisés. Nos équipes ont travaillé d’arrache pied afin de mettre cette solution à disposition des établissements de santé clermontois principalement. 
Heureusement au final, elle n’a pas été massivement utilisée puisque le Puy-de-Dôme a été relativement épargné par la pandémie. Cependant, nous sommes référencés par le Ministère de la Santé comme plateforme numérique certifiée. Nous ne savons pas ce qui se passera demain mais au final nous avons anticipé, ce qui nous permet d’avoir une solution tout à fait opérationnelle.

 

Mattieu Piganiol – Président Piganiol

crédit photos : Piganiol

Au départ, le plus difficile et le plus frustrant pour moi c’était de ne pas pouvoir être utile. La belle histoire, c’est la mobilisation de toutes les équipes. On ferme le lundi soir, le mardi on créé un groupe WhatsApp pour garder le lien entre tous les employés et le besoin de faire quelque chose se fait sentir. Cela a eu un effet très positif sur nos équipes, personne n’a hésité.
Finalement, on est parvenu à équiper tous les soignants du Cantal avec nos blouses. Aurillac est une ville de 20 000 habitants, tout le monde connait des infirmiers, des médecins. Ces blouses c’est notre contribution pour protéger  celles et ceux qui risquent leur vie pour nous et nos proches.
Notre nouveau défi désormais c’est de proposer aux habitants du Cantal des masques en tissu lavables pour le grand public.

 

Retrouvez ci-dessous les autres articles de cette édition spéciale. 

Série n°2 : 1/4 Comment repenser son organisation en quelques jours ? 

Série n°2 : 3/4 La crise est-elle une opportunité pour innover et se réinventer ?

Série n°2 : 4/4 Le monde d’après…qu’est ce que vous souhaiteriez voir évoluer ?