Série n°2 : 3/4 La crise est-elle une opportunité pour innover et se réinventer ?

Série n°2 : 3/4 La crise est-elle une opportunité pour innover et se réinventer ?
Résilience – ce terme encore peu utilisé avant la crise est désormais au premier plan. Dans sa définition, résilience, c’est la capacité à pouvoir nous adapter à différents chocs et mutations pouvant affecter notre territoire.
Dans cette série numéro 2 de notre édition spéciale, nous avons rencontré cinq entreprise innovantes auvergnates qui partagent avec nous leur quotidien et leurs visions sur les nécessaires évolutions à intégrer dans l’avenir. Whisperies – 2CA – Lojelis – Ici Aussi – Piganiol

innovation, expérimentations, stratégies, leçons

Johan Falkousa – Directeur général  La Coupole Event

Ca faisait vraiment longtemps que j’avais à l’esprit de créer un mini Netflix culturel auvergnat. D’habitude nous travaillons en BtoB et là j’ai profité du confinement pour me lancer dans cette aventure et proposer une plateforme grand public. C’est un super test qui aurait en temps normal mis des mois à aboutir ne serait-ce que pour contacter les ayants-droits sur les questions de propriétés intellectuelles. Là en 48 heures on a réussi à avoir des droits du répertoire de société civile américaine ou japonaise. C’est incroyable ce que collectif permet de rendre possible. On a eu plus de 7000 personnes qui ont visionné le premier spectacle c’est énorme et ça nous conforte dans la conviction que c’est une bonne idée. Talents d’ici a été un test technique, que l’on a proposé gratuitement et on a vu qu’il y avait une demande. Maintenant reste à trouver le modèle économique pour développer le projet. On est un peu comme uns startup, on à l’idée et la technologie reste à trouver les financements 

Sylvain Jourdy – Président et Fondateur Lojelis 

Nous avons modifié notre application pour répondre au contexte Covid-19 il y a quelques mois et maintenant nous allons l’adapter à la situation des  entreprises dans le contexte d’une pandémie. En utilisant le fondement technologique de notre plateforme nous avons développé une nouvelle solution dans le cadre de la reprise d’activité en présentiel sur site.
Nous avons élaboré un questionnaire d’ordre médical et psychologique pour établir si les salariés ont les aptitudes psychologiques et sont en pleine capacité  à reprendre le travail. Nous avons lancé la commercialisation il y a quelques jours.
Cela nous renforce dans l’idée que pour être au plus près des besoins de nos clients, nous devons savoir nous adapter et proposer des nouvelles solutions.

Adeline Fradet – Présidente et fondatrice de Whisperies

Le trafic sur notre site a explosé du jour au lendemain. Par exemple, alors qu’une histoire pouvait être téléchargée 6 fois simultanément, nous pouvions monter à 6000. Les échelles ne sont plus les mêmes. Nous étions plutôt satisfaits car nous avions bien tenu la charge. Mais au fil des jours, cela devenu plus compliqué.
Depuis un mois et demi, nous ne faisons que travailler les capacités de nos serveurs pour pouvoir accueillir de plus en plus d’utilisateurs. Tester la solidité des serveurs ce n’est pas quelque chose qui se prévoit, ça se constate. Cette crise sanitaire et notre initiative nous ont permis de vérifier cela. Nous sommes très satisfaits de voir que ce travail très intense a tout de suite porté ses fruits en améliorant fortement la fluidité du trafic pendant les pics d’activité. 

Gilles Duissard – Directeur Général 2CA

La première « découverte » c’est le télétravail. Nous en parlions mais en tant que chef d’entreprise, il est vrai que l’on peut être un peu craintif.
Finalement nous avons réalisé que ça fonctionne très bien. Nous avons mis en place une messagerie interne pour pouvoir communiquer plus facilement et garder le lien social. C’est effectivement quelque chose que l’on va pouvoir  formaliser et garder par la suite.
Deuxièmement, nous fonctionnons sur des horaires classiques et nous avons été obligés de nous adapter afin d’être moins nombreux sur le site.
Nous sommes tous passés en 2/8, ce qui n’était pas évident au départ.  Un site comme 2CA fait à peu près 12 000 m2 et accueille une centaine de salariés. En étendant nos horaires, nous nous sommes aperçus qu’il y avait moins d’échanges d’informations sur la plage horaire et que l’on travaillait d’une manière beaucoup plus fluide. C’est étrange à vivre parce que l’on a l’impression de ne jamais être tous présents mais  il y a eu une meilleure efficacité dans la gestion de ce qui doit être fait.

Mattieu Piganiol – Président Piganiol

A travers cette crise, on s’est rendu que l’on savait faire autre chose que du parapluie. C’est vrai que moi je réfléchis parapluie, parapluie parapluie mais j’ai réalisé que les couturières étaient capables de faire beaucoup d’autres choses.
Je dois réfléchir différemment, il y a d’autres marchés qui sont un potentiel de développement pour nous. De plus, le marché du parapluie est très dépendant de la météo et donc des activités complémentaires pourraient être une opportunité pour nous. D’ailleurs, nous allons bientôt débuter la vente sur notre site internet de nos masques en tissu Made in Cantal.
Il faut garder en tête cette capacité d’adaptation que l’on a eue et qui nous a permise de changer notre ligne de production en trois jours.

 

Retrouvez ci-dessous les autres articles de cette édition spéciale. 

Série n°2 : 1/4 Comment repenser son organisation en quelques jours ? 

Série n°2 : 2/4 Comment le collectif se retrouve moteur en temps de crise ?

Série n°2 : 4/4 Le monde d’après…qu’est ce que vous souhaiteriez voir évoluer ?